L’église

L’église, monument historique

 

 

L’église est une ancienne église priorale, fondée à Saint Robert. Comme la plupart des monuments monastiques de la région, après une période de développement au XIème et XIIème siècle, la guerre de cent ans et les guerres de religion ont entrainé une dégradation irréversible des bâtiments et de la vie religieuse.

 

Si le transept semble daté du XIème siècle, le chevet a été construit au XIIème siècle. Le choeur est très développé avec un déambulatoire avec 3 chapelles rayonnantes complétées de 2 absidioles orientées édifiées sur le transept.

 

Les moines ont souhaités un choeur élevé. Le choeur a une longueur de 14 mètres. Cette longueur importante a permis de longs murs entre les chapelles où ont été aménagés de grandes fenêtres (fenêtres limousines).

Cet édifice a été classé Monument Historique par liste en 1862 (source: Base Mérimée).

Il subsiste aujourd’hui une soixantaine de chapiteaux du décors original de l’église, dont 51 sont encore en place.

 

 

 

 

 

Une grosse tour carré (véritable donjon) surmonte l’absidiole du chevet.

Une tour lanterne octogonale permet d’accéder au clocher, lui aussi de forme octogonale et qui abrite un bourdon (cloche du XVIème siècle baptisée Marie vouée à St Georges).

 

 

 

 

 

 

A la révolution elle servit de magasin à bois. On y entreposa “des madriers de noyers destinés à la fabrication des bois de fusils de la manufacture d’armes de guerre de Tulle”. (Saint Robert et ses Annales par V.Forot)

 

 

 

 

 

L’intérieur de l’église

 

Il ne reste que le choeur, les absidioles latérales et la chapelle axiale.

La nef qui mesurait 35 mètres de long, 5,80 mètres de large fut détruite au cours des siècles.

Le déambulatoire autour du choeur permettait aux pèlerins de venir prier devant les reliques. On compte six chapiteaux figuratifs évoquant le bien et le mal, la vie et la mort.

Les six chapiteaux du choeur, ornés d’éléments végétaux, soutiennent des arcades surhaussées.

La lumière vient des tribunes et des bas-côtés ; la voûte en berceau ne supportant pas des fenêtres hautes.

Le mobilier, les tableaux et les boiseries ont disparu.

L’acoustique exceptionnelle de cet édifice permet, depuis 1972, l’organisation tous les étés de concerts de musique classique.

 

 

A l’intérieur de l’église se trouve un Christ en croix du XIIIème siècle, d’origine espagnole. Selon la légende il aurait été rapporté de Lépante en 1571 après la victoire des Escadres d’Espagne de Gênes et de Venise sur l’Escadre turque. Classé au titre d’objet en 1925. Il est en bois peint, doré, fixé à une croix par 3 gros clous. Le Christ longiligne est animé par un important déhanchement. Il croise les pieds ; les carnations sont peintes au naturel. Le Périzonium est doré. La plaie sur le torse est profonde. (source : Ministère de la Culture)

Comments are closed